Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /



FEUILLET 1

 

Imprécations que j’ai convoquées.

 

Vous avez été mon alibi je suis votre poison.

 

Tout ce que j’ai conçu me conçoit.

 

Il te faut des vacances Auguste, cocotier, sable blanc, petits enfants ! 

 

Le pire, réaliser le pire, trouver la bête, sacrifier ce que j'ai de plus cher… et voir si je peux survivre...

 

Allez partouzer dans le monde virtuel du père Samsa, gavez vous de sexe et de sang.

 

J’ai dans ma boite à image,

de quoi faire des mirages,

la mémoire des âges,

d’où jaillissent les cauchemars,

brumes et conversions qui couvrent l'Arcadie...

 

Si tout ce que nous faisons est soumis au montage, alors il faut recommencer en détruisant tout ; c’est le plus simple moyen de se sauvegarder soi même.

 

Le monstre avait cent yeux, dont deux seulement se fermaient et sommeillaient, tandis que les autres restaient ouverts et comme en sentinelle...

 

Vous ne pouvez comprendre que ce que vous percevez et non la source de sons et d’images qui me préoccupent.

 

On dirait que, par d'affreux serments, tous les hommes se sont voués au crime.

 

Réflexe pavlovien

névrose nano

technologique rose

 

Voilà les distractions que j’ai imaginées en faveur des mortels et moi-même, infortuné, je ne vois aucun moyen de me délivrer de ma misère présente.

 

Self made man, vainqueur de la loterie, développement solidaire, mixité culturelle, démocratie numérique, microcrédits, taxe environnementale, volonté individuelle,

libre concurrence, droits de l’hommes, Europe sociale, pouvoir d’achat, liberté de consommation, world musique.

 

Je vous vois, vous surveille et vous guide de ma nuit. Mon invisibilité sera l’instrument de votre métamorphose, votre mauvaise conscience le venin de mon action.

 

Je crois que je peux convertir toutes mes passions, tous mes pêchés, dans une seule forme, qui est le désir de ne plus me voir représenter.

 

 

FEUILLET 2

 

Il ne sait ce qu'il voit, mais ce qu'il voit le consume et l'erreur qui abuse ses yeux en même temps les excite. Naïf, pourquoi chercher en vain à saisir un simulacre fugace ? Ce que tu désires n'est nulle part ; détourne-toi, tu perdras ce que tu aimes ! Cette ombre que tu vois est le reflet de ton image : elle n'est rien en soi ; elle est venue avec toi et reste avec toi ; avec toi elle s'éloignera, si du moins tu pouvais t'éloigner !           

 

La photographie est une idée précipitée de la mort.

 

Le moi qui a commencé avant que le jeu ne commence

 

Un montage qui synthétise ce qui me mange.

 

J'espère ce que je désire...  mais j'ai beau connaître l'avenir, cette science me trompe, et mon espérance est vaine.

 

Ne peux plus toucher  mon pad. Il me déverse des saloperies (ondes) nouvelles, interdictions, sorcelleries.

 

« Il vivra s'il ne se connaît pas ». Longtemps la parole de l'augure parut sans fondement ; l'issue de l'histoire, le genre de mort et l'étrange folie du héros prouvent sa véracité.

 

Foutu ? mes frères, mon frère le Saint Quentin - et moi à San Quentin ?

 

Rassures-toi, le coupable a subi sa peine. Vous apprendrez bientôt et son crime et ma vengeance.

 

Seuls ceux qui gagnent savent qui ils sont.

 

Nous devons rester parmi les innovations, parmi les rêves que nous n’avons pas construits.

 

Nous sommes la progéniture d'un fleuve gonflé de cadavres...

 

 

FEUILLET 3

 

Je suis l’auteur et le commanditaire d’une œuvre ; un monde que je ne veux plus voir, mais qui se propage, qui raisonne et fait trembler nos os.

 

Horaires / meurtres

Ailleurs / meurtres

honte

 

Je m’en vais à chaque fois que je me rencontre.

 

Voilà pourquoi nous sommes une race dure, à l’épreuve de la fatigue ; nous donnons nous même la preuve de notre origine première.

 

Je suis totalement dépourvu de ce qui m’a convaincu.

 

Vous n’en demandez pas on vous en redonne : démocratie & marketing.

 

Qui refuse l'effort finit dans le caniveau ou se transforme en sangsue.

 

C'est moi l'autre partie, la moitié de vos vœux, voyez ce que je suis, moi qui naguère étais celui que vous savez ! Si hier j'avais obtenu les oiseaux qui confèrent la royauté, j'aurais pu être le plus grand parmi mon peuple !"

 

On n’avance pas à grand pas dans les ténèbres.

 

Je suis frappé parce que mes yeux ont inconsciemment vu un acte délictueux.

 

L’occurrence est une dépendance.

 

Pourquoi ai-je senti ma faute sans pouvoir la prévenir ? Mais mes destins m’entraînaient à l’évidence vers mon châtiment.

 

Un jour vous vous apercevrez que j’ai absolument tout dirigé dans un sens précis, et dans lequel vous évoluez comme si vous étiez chez vous.

Partager cette page

Repost 0
Published by