Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Bosch18
 
 
 

 


LES MONSTRES QUI SOMMEILLENT 

d’après l’Assaut de Reinaldo Arenas.
 

 

 

 

 

« L'assaut est une sorte de fable aride sur le destin du genre humain, quand l'Etat piétine ses rêves et ses projets... »

Reinaldo Arenas.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Direction et réalisation : Jean Battiste Couton et Amandine Bouche

sur une idée de Olivier Boudrand

Avec : Claudie Rouillard, Vincent Guis, Catherine Suty.

Et la voix de Olivier Boudrand (film 1)

A la Distillerie - lieu de création théâtrale.

 

 

 

Image 4

  L'Assaut est le roman ubuesque d'une dictature cruelle, futuriste et  archaïque. Par le biais d'un témoin unique, nous parcourons les méandres d'une société basée sur le châtiment corporel, la mauvaise fois et la bêtise.

Sous le regard cynique  du héros, "les citoyens" forment une masse gluante, grouillante et risible qui n'éveille aucune pitié.
 Aucun salut, aucune rébellion ne semble pouvoir rendre à ces hommes leur humanité et leur droit à la parole. 
En nous plaçant du côté d'un pouvoir arbitraire, Arenas nous montre comment  déshumaniser le peuple et effacer toute idée de solidarité et de singularité. Des thèmes qui nous semblent malheureusement encore d'actualité.



 

«Le camp est l’espace qui s’ouvre lorsque l’état d’exception devient la règle.» 
Giorgio Agamben.



 

Image 5-copie-1L’univers que nous décrit Arenas ressemble trait pour trait à un gigantesque camp de concentration. Humiliation, horreur, peur, anéantissent toute conscience et toute personnalité jusqu’à l’apathie la plus absolue. Ainsi les habitants de ce pays innomé apparaissent monstrueux, ni homme ni bête. Figures monstrueuses aux vies indignes d’être vécues, dénuées de parole chez lesquels rien ne semble se passer.


Suite à une atelier mené à La Distillerie d'Aubagne en octobre 2010 avec un petit groupe d'amateurs nous avons réalisé une série de vidéos ;  portraits et scènes de groupe.

L’objet de cet atelier était d’explorer ce qui se passe chez le monstre, l’indigent, celui que la société rejette et par lequel pourtant elle définie ses normes. 



A la lumière des descriptions faîtes par Arenas, nous avons  cherché à dégager en groupe les éléments qui, dans nos comportements, attitudes et paroles, révèlent notre monstruosité.

Image 7.1

Utilisant le regard de l’autre et le regard sur soi que permet l’enregistrement vidéo, nous sommes parti de petits détails, failles imperceptibles, réflexes irrépressibles, qui apparaissent lorsque l'on se montre.

Ce qui nuit normalement à une « bonne » présentation de soi a été porté jusqu’à la caricature la plus extrême pour créer un répertoire d’attitudes monstrueuses.



Ces esquisses de monstres ont prit ensuite la parole devant la caméra pour, avec les mots d’Arénas, nous décrire leurs pareils.
Image 9.1
Nous avons ainsi isolé de la masse certains des monstres de l'Assaut, tentant de faire jaillir de ces figures pathétiques et déhumanisées  le p eu de vie, de passion et de sentiment qu'il reste après que l'arbitraire et la paranoïa d'un pouvoir totalitaire les aient broyées. 

     

 

 

 

 

Contact : battistec@gmail.com

 

Partager cette page

Repost 0
Published by